Aimer et Protéger les océans – Tortues marines

Philippines : suivez les tortues à la trace !

Nos deux tortues marines ayant été équipées par S.A.S. le Prince Albert II de Monaco (Cf. "L'Odyssée des tortues" ci-contre) de balises Argos se portent bien... mais qu'y a-t-il derrière des tracés GPS sur une carte ? Nicolas Pilcher, membre du Marine Turtle Specialist Group de l’UICN et directeur du Marine Research Foundation en Malaisie ainsi qu'Angélique Songco, directrice du Parc naturel du récif de Tubbatha nous livrent leurs premières analyses...
L'Odyssée des tortues à suivre sur internet...

Ces deux spécimens ont fait l’objet de beaucoup d'attentions et sont maintenant suivis par l’Institut océanographique et ses partenaires scientifiques. Les cartes de leurs déplacements sont accessibles ici

Tubbataha Reef National Park – 26.09.16

Cela fait plusieurs mois (depuis le 10.04) que les 2 tortues de Tubbataha ont été « balisées » par S.A.S. le Prince Albert II de Monaco lors de la mission organisée en avril 2016 au sein du Parc naturel philippin. Les balises émettent toujours, et c'est vraiment une très bonne nouvelle, mais elles nous procurent de temps à autre des frayeurs. Le signal de la tortue verte s’est en effet interrompu à deux reprises, du 7 au 16 juin, puis de nouveau du 11 au 22 septembre !

Plusieurs raisons peuvent expliquer l’interruption de signal, comme nous confie le Dr. Nicolas J. Pilcher : « Parfois la tortue émerge mais aucun satellite n’est présent pour recevoir le signal ; cela arrive régulièrement. Le hasard fait que cela dure parfois sur une période assez longue. Une autre raison tient à la qualité du signal lui-même. Si la tortue ne reste pas assez longtemps en surface, le signal est trop court pour générer la localisation géographique. L’antenne de la balise peut aussi être mise en cause sur le principe, notamment quand elle est recouverte de débris marins d’origine naturelle (plantes marines ou algues par exemple), ou anthropique, c’est-à-dire d’origine humaine (déchets plastiques ou autres) qui empêchent l’émission. Dans le cas présent, il ne semble pas que cette hypothèse soit privilégiée ».

Question comportement au sein de l'aire protégée du Parc, les tortues évoluent de la façon assez attendue. La verte reste sur la partie supérieure du récif de l’îlot sud, pour se nourrir de plantes marines, la nourriture de prédilection des adultes chez cette espèce. La tortue imbriquée, quant à elle, passe son temps sur la partie externe du récif de l’îlot Nord. A première vue, la tortue verte évolue sur un espace plus réduit que l’imbriquée. Une explication pour Nick Pilcher : la jeune tortue imbriquée se déplace davantage pour trouver sa nourriture composée de produits carnés, invertébrés et coraux mous.

Point des plus intéressants, la jeune tortue imbriquée semble effectuer des « excursions » en zones profondes puis des « incursions » dans le lagon, à très faible profondeur. Sans que celui puisse être étayé à ce stade, il est possible d’imaginer qu’elle évite ainsi quelques prédateurs.

Angelique Songco et Retchie Pagliawa, de l’équipe de gestion du Parc naturel de Tubbataha nous informent de leur côté que, depuis la mise en place du programme Tubbataha Reef Watch il y a 3 ans, c’est en 2016 que les observations de tortues imbriquées ont été les plus nombreuses, notamment sur les sites de plongée de Black Rock et de Delsan Wreck, tous deux situés sur l’îlot Sud.

Les touristes plongeurs, impliqués dans le programme de sciences participatives, ont observé également des tortues imbriquées portant des marques de prédation. Les requins tigres, connus pour se nourrir entre-autres de tortues marines ont été très fréquemment vus dans la zone ! Les plongeurs participatifs ont rencontré de nombreux requins baleines et des mantas, des géants des mers totalement inoffensifs pour les tortues marines, démontrant encore une fois, l’extraordinaire biodiversité de ce site protégé des Philippines.

Depuis fin juin, et typiquement, les touristes ne visitent plus le Parc de Tubbataha, en raison de la mousson du sud-ouest qui amène pluie et vents violents. Durant cette période, la mer autour de Tubbataha, est très agitée, rendant la navigation et la plongée impossibles. De fortes perturbations affectent les Philippines à cette époque de l’année, mais le Parc de Tubbataha est pour le moment épargné. Il faudra attendre quelques semaines pour que les équipes du Parc et les « plongeurs touristes participatifs » reprennent leurs investigations pour avoir une chance d’observer de nouveau et de visu nos deux tortues. Retour accueilRetour accueil
1475506368.jpg zoomCliquez sur l'image pour agrandir
Tortue Imbriquée du PN Tubbataha Reefs
  • 1475506368 musee1475506368 musee
  • 1475506541 musee1475506541 musee
  • 1475506593 musee1475506593 musee